Ab irato éditions

Par un mouvement de colère

Posts Tagged ‘surréalisme

L’Échaudée n°6 est sortie !

Au sommaire :

  • Paul Mattick , Le dépérissement de l’Étatechaude-6-couv-250px
  • Chantal Montellier, Je suis Berglund
  • Collectif Archives autonomie, Fragments d’histoire de la gauche radicale
  • Barthélémy Schwartz, Benjamin Péret l’astre noir du surréalisme (bonnes
    feuilles)
  • Benjamin Péret, Pour que M. Thiers ne crève pas tout à fait / Vie de l’assassin Foch
    / On sonne
  • Eve Mairot, aquarelle
  • Alain Joubert, Le chant de la prairie
  • George Catlin, Les Indiens de la prairie
  • George Catlin, dessins, huiles
  • Charles Baudelaire, George Catlin, le cornac des sauvages
  • Reinaldo, sculpture
  • Alfredo Fernandes, Mes 12 prophéties
  • Ramon Gomez de la SERNAM, Fadaises – Devoir de vacances
  • Julien Bal, Enverssoi
  • Manuel Anceau, Lieuve
  • Cornelia Eichhorn, dessins
  • Jean-Luc Sahagian, Quand il eut passé le pont…
  • Vardhui Sahagian, dessins
  • Claude Guillon, Les petits métiers
  • Joël Gayraud, Visionnaires de Taïwan
  • Rachel Deville, La nature
  • Rachel Deville, Le grand Je
  • LL de Mars, Les éditeurs
  • Stéphane Goarnisson, Histoires en deux images
  • Yves Labbé, Pierre Leroux : la voix étroite d’un socialisme humanitaire et fraternel
  • Anne Van der Linden, dessins et huiles
Commander le numéro

Barthélémy Schwartz, Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme (Libertalia)

Pour info, aux éditions Libertalia…

bandeau-libertalia-ok

Barthélémy Schwartz
Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme
Libertalia
350 pages – 18€
ISBN : 9782918059882

Ce volume comprend une anthologie
de poèmes et un cahier iconographique en couleur

En librairie depuis le 20 octobre 2016

* * *

« Qu’est-ce que le surréalisme ? C’est la beauté de Benjamin Péret écoutant prononcer les mots de famille, de religion et de patrie. » (André Breton)

De Dada au surréalisme, Benjamin Péret (1899-1959) est l’un des principaux acteurs des mouvements d’avant-garde qui ont secoué la poésie et l’art moderne au XXe siècle. C’est aussi l’un des moins connus du public. Peu de rééditions, de très rares monographies. Le sort s’est acharné contre ce grand poète dont le rôle et l’importance ont généralement été minimisés par les historiens du surréalisme.

Son engagement dans les mouvements révolutionnaires de son temps, notamment pendant la révolution espagnole aux côtés du POUM et des anarchistes, n’est peut-être pas étranger à cette occultation. Sur sa tombe, au cimetière des Batignolles, ses amis ont fait inscrire une épitaphe qui résume sa vie de révolté permanent : « Je ne mange pas de ce pain-là. »

Cette biographie (suivie d’une petite anthologie et d’un cahier iconographiques en couleur) replace la trajectoire de Benjamin Péret dans les enjeux utopiques du surréalisme, un mouvement qui voulait à la fois « transformer le monde » (Marx) et « changer la vie » (Rimbaud).

L’auteur
Barthélémy Schwartz est né à Paris en 1963. Coanimateur de la revue de bande dessinée Dorénavant (1986-1989), du collectif Ab irato (en 1992), puis de la revue de critique sociale Oiseau-tempête (1997-2006), il a publié Le Rêveur captif (L’Apocalypse en 2012).

Mots-clés
Altérité – amitié – amour – anthropophage – automatisme – Dada – Brésil – Colère – Communisme – conte – dèche – dissidence – Espagne – exil – expérience – expulsion – groupe – guerre – hasard – héritage – humour – inculpation – indien – insolence – Internationale – invectives – marge – marginalité – marxisme – maudit – Mexique – mythe – Poésie – Politique – populaire – prison – rage – rêve – révolte – révolution – rire – scandale – sommeil – subversion – surréalisme – Trotsky – utopie

 

logo-libertalia-okwww.editionslibertalia.com/

peret-livre-1peret-livre-2peret-livre-3

« Journal intime » de Guy Cabanel et de Jean Terrossian (Ab irato, 2015)

Le dernier opus des éditions Ab irato :
Une collaboration du poète Guy Cabanel et du peintre Jean Terrossian.

photo3

photo4

Genre : Poétique / Mots clés : rêve, étrangeté, altérité.
Consulter la notice de Guy Cabanel sur Wikipedia .

Le livre : C’est le troisième livre de Guy Cabanel aux éditions Ab irato (Hommage à l’Amiral Leblanc, 2009, l’Ivresse des tombes, 2011), et c’est la deuxième collaboration du poète avec le peintre Jean Terrossian (Quinquets, 1997).

Written by barthelemybs

1 mars 2015 at 17 h 08 min

Guy Cabanel : Hommage à l’Amiral Leblanc (2009)

with 4 comments

Guy Cabanel
Hommage à l’Amiral Leblanc

ISSN 2100-3246
ISBN 978-2-911917-56-1
96 pages, 10 euros

cabanel

Sur l’auteur. – Guy Cabanel a participé dès 1958 aux activités du mouvement surréaliste avec son ami Robert Lagarde, qui illustre son premier ouvrage, À l’Animal Noir. Il a publié plusieurs recueils de poèmes dont Les Fêtes sévères (Fata Morgana, 1970), Les Boucles du Temps (Privat, 1974) ; et plus récemment, aux éditions Quadri à Bruxelles : Le Verbe flottant, illustré par Jacques Zimmermann et Soleil d’ombre, sur des photographies de Jorge Camacho (2009). Consulter sa notice sur Wikipedia

Thème : Littérature / Poésie
Genre : œuvre littéraires contemporaines
Dewey : 841.1 Recueils. Anthologies
Tags : Carroll, Forneret Fourré, Jarry, Lichtenberg, Snark, surréalisme, Tanguy

Extrait du dos de couverture
«
Le dernier né du chantier naval allait fendre les flots pour la première fois. L’Amiral parla au peuple :
– Ce nouveau bâtiment va grossir notre flotte. Notre puissance n’a pas de limite. Je vous félicite.
Il s’adressa ensuite au capitaine :
« Ce bateau où vous serez maître après moi, comment l’appelons-nous, commandant ?
– Amiral, je propose l’Espadon.
– Bon, va pour la Marie-Jeanne, à vous, peintre !
Ensuite, comme à l’accoutumée. il fit le point dans la chambre des cartes et constata l’immobilité parfaite des choses. »

(une carte maritime dessinée par l’auteur est jointe au livre, illustré par ailleurs par un choix de gravures des XVII et XVIIIe siècles et de cartes postales)

La collection « Abiratures » est dédiée à l’approche poétique, ce court moment d’élaboration qui se concrétise dans la poésie, quelle que soit la forme (rêve, texte, jeu, dessin, dialogue, etc.) qu’elle prend pour s’exprimer. Nous espérons  par là contribuer à ce que la poésie soit saisie dans son essence, car sans elle, la transformation  du monde, plus que jamais nécessaire, ne  sera jamais qu’un prélude à l’assèchement du  vivant (et réciproquement). A lire dans la même collection : L’Effet miroir de Nicole Espagnol, Roman Erben, Alain Joubert (Ab irato, 2008)

François-René Simon

Written by barthelemybs

30 novembre 2013 at 10 h 39 min

Roman Erben, Nicole Espagnol, Alain Joubert : L’Effet miroir (2008)

with one comment

Roman Erben,
Nicole Espagnol, Alain Joubert

L’Effet miroir

Textes en tchèque et dessins de Roman Erben,
« traduction optique » de Nicole Espagnol et Alain Joubert
ISSN 2100-3246
ISBN 978-2-911917-55-3
48 pages, 8 euros. Bilingue « optique »

effet-miroir

A propos du livre. – En 1968, à l’occasion du Printemps de Prague, des surréalistes tchèques se rendent pour la première fois en France rencontrer leurs « homologues » français. Peu après leur retour en république tchèque, les chars russes entrent dans Prague et mettent fin brutalement au Printemps de Prague. Roman Erben restera quelques années à Prague avant de s’exiler en Allemagne. Avant de partir, il lance une bouée de sauvetage poétique, Neilustrace, un recueil de poèmes et dessins, qu’il fait parvenir à quelques amis tchèques et français, dont Alain Joubert et Nicole Espagnol. Ces derniers ne parlent pas tchèque mais sont poètes, ils se lancent dans une « traduction optique » qu’ils envoient aussitôt à Erben qu’ils ne reverront pas. Quarante ans plus tard, (Nicole Espagnol est décédée en 2006), L’Effet miroir, a été l’occasion pour Joubert et Erben de renouer à nouveau contact, l’un à Paris l’autre retourné à Prague en 2008. Le livre publie en « Lettre-préface » et en « lettre-postface » le premier échange après quarante ans de ces deux poètes.

Thème : Littérature / Poésie
Genre : objet poétique franco-tchèque, jeu, humour poétique
Dewey
: 841.1 Recueil. Anthologie
Note : édition bilingue « optique » français-tchèque

Tags
: Carroll, Jarry, Lear, Lichtenberg, surréalisme

Prétexte. – Une plaquette de ses dessins et poèmes en tchèque, Neilustrace, que leur envoie de Prague leur ami surréaliste Roman Erben ? Il n’en fallait pas plus pour que Nicole Espagnol et Alain Joubert élaborent un nouveau jeu surréaliste : la traduction OPTIQUE. «Te dire exactement comment nous pratiquâmes est impossible ; sans doute chacun de nous devait-il proposer un mot, un membre de phrase, une image, que l’autre s’appropriait pour en modifier le sens, et réciproquement, jusqu’à ce que l’accord se fasse et que le poème optique de langue française prenne finalement forme à notre convenance. Nicole et moi éprouvâmes un grand plaisir à cet exercice, lequel nous permit de pouvoir enfin lire ce qui, dès lors, s’exprimait dans ta plaquette, à ton insu bien entendu ! »

Sur les auteurs
Roman Erben – Né à Prague en 1940, poète, plasticien et photographe, vit à Munich. Dès la moitié des années 1960, il participe aux activités du groupe surréaliste pragois. Dans les années 1970, il travaille comme artthérapeute à l’Institut de recherches psychiatriques de Prague. Il publie dans de nombreuses revues littéraires, édite les « bibliophilies » Charbon * (1967), Bois * * (1971), Pierraille * * (1971), Bougainvillée * * * (1972), La maisonnette calmarienne * (1971), puis les recueils de poésie Artychauts du Khan Koutchoum * (Torst, 1995) et La poursuite du salon * (Concordia, 2004). Au début des années 1990, il anime la revue Humus dont il est également le directeur. (* texte en tchèque ; * * en tchèque et français, * * * en français).

Nicole Espagnol – Née à Paris en 1937, elle quitta la vie en 2006 dans les bras de son compagnon de toujours, Alain Joubert. Après leur rencontre, elle le rejoignit, en 1959, au sein du Groupe surréaliste, où elle s’activa jusqu’à son autodissolution (1969). André Breton publia ses premiers poèmes dans la revue La Brèche (1964), et Jorge Camacho accompagna de quatre lithographies son recueil, Little Magie, en 1983. Suivront, au fil du temps, d’autres publications, poèmes et textes divers, notamment Suis-je bête aux éditions L’Oie de Cravan (2002), et ses nombreuses photographies qui révèlent une approche singulière du monde et des choses, où l’acuité de son regard dérange par son humour décalé.

Alain Joubert – Né à Paris en 1936, où il vit toujours. Découvre le Surréalisme en 1952 et, trois ans plus tard, rencontre André Breton. Participera dès lors à toutes les activités surréalistes jusqu’à l’autodissolution du Groupe décidée par la déclaration SAS, rédigée en 1969 à son initiative. Il rendra compte de ces épisodes décisifs dans son livre Le Mouvement des surréalistes ou le Fin mot de l’histoire, chez Maurice Nadeau (2001), où il publiera également, en 2007, Une goutte d’éternité, à la fois témoignage, récit, essai et provocation poétique portant sur sa vie avec Nicole Espagnol, comme sur les conditions particulièrement radicales de sa disparition.

La collection « Abiratures » est dédiée à l’approche poétique, ce court moment d’élaboration qui se concrétise dans la poésie, quelle que soit la forme (rêve, texte, jeu, dessin, dialogue, etc.) qu’elle prend pour s’exprimer. Nous espérons  par là contribuer à ce que la poésie soit saisie dans son essence, car sans elle, la transformation  du monde, plus que jamais nécessaire, ne  sera jamais qu’un prélude à l’assèchement du  vivant (et réciproquement). A lire dans la même collection : Hommage à l’Amiral Leblanc (2009) de Guy Cabanel

2007 – António José Forte, Un couteau entre les dents

with one comment

António José Forte
Un couteau entre les dents

Dessins : AldinaForte-couv
Traduction inédite du portugais, notes, préambule et postambule d’Alfredo Fernandes et de Guy Girard

ISBN : 978-2-911917-53-7
Édition bilingue français-portugais
240 pages, 16 euros

En guise de présentation : cet article paru dans l’hebdomadaire Expresso du 18 août 2007 (Lisbonne, Portugal) :

« Il s’agit, en bonne vérité, d’un évènement : alors qu’au Portugal la poésie de António José Forte continue à être vue de travers, voire tout simplement ignorée, un éditeur français assume les risques de la publier intégralement en édition bilingue, augmentée d’une entrevue entre l’auteur et Ernesto Sampaio à laquelle viennent s’ajouter des textes qui, même s’il s’agit de textes de circonstance, permettent l’ébauche d’un précieux portrait de cet homme « cerné par la fumée de tous les côtés vagabonds » qui les a écrit. Dans sa claire et documentée introduction, Alfredo Fernandes retrace d’une plume assurée le climat politique et social qui a accompagné l’éclosion tardive du surréalisme portugais ainsi que les prises de position néo-réalistes. Il a par ailleurs la lucidité peu commune de signaler que « Forte fut un cas plutôt rare, à son époque, de surréaliste intéressé par les thèses situationnistes ». Ceci explique, même si ce n’est que partiellement, la violente singularité de Forte –et aussi cette évidence faisant que son œuvre n’aie que peu ou rien à voire avec l’entendement ludique (Alexandre O’Neill) ou ésotérique (António Maria Lisboa) du surréalisme. D’une certaine manière, et tirant profit du suggestif adverbe par lui-même forgé, on pourrait dire que Forte atterri dans le pourri et respectable Parnasse lisboète « sussurréalistiquement » » (Manuel de Freitas).

Thème : Littérature / Poésie
Dewey
: 869.2 Textes / 841.1 Recueils. Anthologies
Note : édition bilingue franco-portugais (première traduction en français)

Sur les auteurs

António José Forte (1937-1988) – Poète surréaliste portugais. D’un lyrisme violent, où le désespoir ne veut céder qu’aux seules injonctions lumineuses de l’amour, la poésie de Forte ouvre à tous vents un espace mental où ce qu’hurle la révolte impose au langage le défi de réenchanter le réel. Son itinéraire, d’une singularité obstinée, et son expérience de l’exil l’ont porté à un point de rupture où les idées anarchistes, surréalistes et situationnistes se rencontrent.

Dessins de :
Aldina – Peintre et sculpteur, elle a été la dernière compagne d’António José Forte. Elle a participé à de nombreuses expositions collectives soit par des œuvres picturales soit par des sculptures. Elle vit à Lisbonne.

Traduction inédite du portugais, notes, préambule et postambule :
Alfredo Fernandes
– Né au Portugal en 1960, vit en région parisienne depuis 1970. A publié divers articles dans des revues libertaires et dans la Comète d’Ab irato. Membre du collectif Ab irato depuis 1995 et traducteur de poésie surréaliste portugaise et brésilienne, il a fait partie des membres fondateurs de la revue Oiseau-tempête ; il participe aussi aux activités du groupe de Paris du mouvement surréaliste.
Guy Girard
– Peintre et poète, né en 1959 dans la Hague, il participe depuis 1990 aux activités du groupe de Paris du mouvement surréaliste. Dernières publications  : L’ombre et la demande, projections surréalistes, Atelier de création libertaire, 2005  ; Le Palier des Gargouilles, en collaboration avec Sabine Levallois et Alice Massénat, Éditions surréalistes, 2005.

%d blogueurs aiment cette page :