Ab irato éditions

Par un mouvement de colère

Posts Tagged ‘révolution mexicaine

Publico – jeudi 20/06 – Présentation du livre d’Américo Nunes sur Ricardo Flores Magón, et projection de la « Fragile Armada » sur le mouvement zapatiste (2002)

Librairie Publico – Jeudi 20 juin 2019 à 19h30 :
Présentation du livre d’Américo Nunes « Ricardo Flores Magón, une utopie libertaire dans les Révolutions du Mexique » suivi de la projection du film la « Fragile Armada » de Joani Hocquenghem & JC Kebadian sur le mouvement Zapatiste (2002).
En présence d’Américo Nunes, Jean-Claude Kebadian et Claire Auzias.
Où ? 145 rue Amelot (Paris 11e).

Radio libertaire – Ricardo Flores Magón

RDV Radio libertaire (Chroniques rebelles), samedi 8 juin à 13h30 (89.4 Mhz), avec Américo Nunes pour son livre Ricardo Flores Magón une utopie libertaire dans les Révolution du Mexiquehttp://bit.ly/2HUQAmD

C’était hier

C’était hier : présentation de “Ricardo Flores Magón, une utopie libertaire dans les révolutions du Mexique” d’Américo Nunes – avec l’auteur, Claire Auzias et les éditeurs au café de la mairie (75003 Paris).

http://bit.ly/2X2Z6VS

19h – JEUDI 23 MAI 2019 – Présentation du livre « Ricardo Flores Magón, une utopie libertaire dans les révolutions du Mexique » d’Américo Nunes – avec Claire Auzias, Américo Nunes et les éditeurs

19h – JEUDI 23 MAI 2019 – Présentation du livre « Ricardo Flores Magón, une utopie libertaire dans les révolutions du Mexique » d’Américo Nunes – avec Claire Auzias, Américo Nunes et les éditeurs – Où : Café de la mairie, 51 rue de Bretagne, 75003 Paris :

Ricardo Flores Magón : utopie et mythe du communisme au Mexique (1908-1922)

Ricardo Flores Magón : utopie et mythe du communisme au Mexique (1908-1922)

 Americo Nunes

L’Echaudée n°2, hiver 2012.

(extrait) (Les liens dans le texte renvoient vers Wikipedia)

Dans un premier temps, Flores Magón, considérant les communautés L-echaude-2_80pxindigènes, prenait en compte la réaction spontanée, «instinctive», de celles-ci à l’industrialisation, y compris dans certaines zones, comme Morelos, où opèrera Emiliano Zapata à partir de 1911, et où fut installée une industrie sucrière, très moderne, technologiquement parlant. Avec le développement du capitalisme, nombre des membres de ces communautés se prolétarisent, en devenant ouvriers agricoles. Organisation et évolutions naturelles, héritées d’un passé ancestral, Magón, le signalait clairement : «Il y a jusqu’à vingt cinq ans, les communautés vivaient dans le « communisme primitif.» Et c’est cela qui va être détruit par le capitalisme. Lire le reste de cette entrée »

Written by barthelemybs

22 février 2013 at 14 h 33 min

%d blogueurs aiment cette page :