Ab irato éditions

Par un mouvement de colère

Posts Tagged ‘poésie

« Livaine » de Manuel Anceau dans En attendant Nadeau (n°58 – 20 juin au 3 juillet 2018)

L’art contemporain contre la beauté

De nos jours, beauté et laideur constituent-elles un enjeu politique ? C’est autour de cette question fondamentale qu’Annie Le Brun va développer l’argumentation de son livre, Ce qui n’a pas de prix. Mais d’ailleurs, qu’est-ce qu’un « enjeu politique » en ces temps où tout est livré à la financiarisation absolue, jusques et y compris tout « ce dont il paraissait impossible d’extraire de la valeur », je veux dire de la valeur excessive, abusive, artificielle, celle qui s’appuie sur la perversion de ce marché, spécialement forgé pour la circonstance.

Autour des livres :
Annie Le Brun, Ce qui n’a pas de prix. Essai critique. Stock, 173 p., 17 €
Manuel Anceau, Livaine. Contes. Ab Irato, 128 p., 16 €

Extrait :

On s’accorde généralement à reconnaître que certains écrivains de la fin du siècle dernier – allons, allons, ce n’est pas si loin ! – ont apporté à la langue française quelques œuvres qui enrichirent la prose dont ils se servaient de fulgurances poétiques plutôt rares chez leurs contemporains. Citons parmi eux Julien Gracq, André Pieyre de Mandiargues ou André Hardellet, à qui André Breton pourra écrire un jour : «Vous abordez là, en conquérant, les seules terres vraiment lointaines qui m’intéressent et la reconnaissance que vous y poussez offre un nouveau ressort à tout ce que je me connais comme raisons de vivre ». Or, il se trouve que la beauté poétique, que l’on opposera à la beauté esthétique marchande plus haut dénoncée, c’est principalement chez deux auteurs très actuels qu’on la trouve, tous deux issus de la mouvance surréaliste, comme par hasard ; il s’agit d’une part de Jacques Abeille, dont les éditions Folio viennent de rééditer deux de ses fabuleux romans du cycle des contrées, Abeille dont j’ai déjà eu la chance de pouvoir parler jadis dans la défunte Quinzaine littéraire ; et d’autre part de Manuel Anceau, jeune auteur dont je souhaite vivement que la singularité qui est la sienne, et la puissance naturellement poétique de ses écrits, le placent au premier rang de ceux qui aujourd’hui comptent ! S’il avait déjà publié, il y a quelques années, deux courts volumes, je considère que l’apparition actuelle de son recueil de contes Livaine, aux éditions Ab Irato, constitue un véritable événement qu’il faut saluer sans mesure, la beauté qui s’en dégage servant d’antidote à la laideur ambiante ! Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Written by barthelemybs

6 juillet 2018 at 9 h 05 min

L’Échaudée n°7 est sortie ! (janvier 2018)

L’Échaudée n°7 est sortie

PayPal Logo

9 €

Au sommaire du numéro :

  • Manuel Anceau, Le silo
  • Julien Bal, Grévinages)
  • Cornelia Eichhorn, Les enchaînés –La courbe – La marée – L’échine I & II
  • Alfredo Fernandes, Le scintillement du vide
  • Alfredo Fernandes, Emídio Santana, un portraiten noir et rouge
  • Judith Forest, William Henne & Xavier Löwenthal, Qui es-tu Judith Forest ?
  • Joël Gayraud, Le Gazouillis des éléphants
  • Jérôme LeGlatin, Fragments, bande dessinée [1-71]
  • Eugenio Granell, Huile et dessins
  • Claude Guillon, Les petits métiers
  • Yves Noël Labbé, Vous l’appelez comment, déjà ?
    Nadaud ? C’est bien ça, Martin Nadaud
  • Eve Mairot, Michel, 05 août 2017
  • LL de Mars, Les éditeurs II
  • Chantal Montellier, « Ainsi, comme vous pouvez le constater… »
  • Amaredine Mudejar, La rage du présent
  • Americo Nunes, In memoriam Carlos da Fonseca
  • Pyon, L’Attrapeur
  • Pyon, dessins
  • Charles Reeve, Eugenio Granell, l’homme qui aurait voulu être indien
  • Nadine et Thierry Ribault, Entretien sur Fukushima
  • Nadine et Thierry Ribault, Ci-gît l’État ? (bonnes feuilles)
  • Nadine et Thierry Ribault, Arnaud Michon, La France n’est pas inquiète
  • Emídio Santana, Vergalho s’est échappé
  • Barthélémy Schwartz, Elle tenta de réfreiner son angoisse
  • Barthélémy Schwartz, Invective
  • Anne Van der Linden, Chiens mouillés – Les rats blancs – Nostalgie – Mère célibataire – Ménage– La tétéeCommander l’Échaudée via PayPal :
PayPal Logo

9 €

 

Flip de Paris, de Stéphane Goarnisson (ActuaBD, 3 août 2017)

« Le Flip de Paris » de Jeff Goarnisson, retour aux sources

3 août 2017
(par Frédéric Hojlo, ActuaBD)
  • L’été est un bon moment pour se ressourcer… ou faire de belles découvertes. Les éditions Ab irato ont justement publié, l’an passé, un livre étonnant de Stéphane Goarnisson. Celui-ci sème dans « Le Flip de Paris », livre datant à l’origine de la fin des années 1980, des graines devenues aujourd’hui de vastes champs de la bande dessinée, associant autobiographie et humour décalé. Mais dans un langage unique.

Les expériences à l’origine de la bande dessinée alternative telle qu’elle s’est développée dans les années 1990 sous l’impulsion d’éditeurs comme L’Association ou feu Ego comme X sont multiples et parfois méconnues du grand public. Parmi ces tentatives éphémères mais aux échos encore perceptibles peut être rangée la revue Dorénavant. Celle-ci, qui connut huit numéros entre 1986 et 1989, fut fondée par Balthazar Kaplan et Barthélémy Schwartz, accompagnés ensuite par Romuald Hibert, Yves Dymen et Stéphane Goarnisson. Lire le reste de cette entrée »

Written by barthelemybs

21 août 2017 at 8 h 57 min

L’Échaudée n°6 est sortie !

Au sommaire :

  • Paul Mattick , Le dépérissement de l’Étatechaude-6-couv-250px
  • Chantal Montellier, Je suis Berglund
  • Collectif Archives autonomie, Fragments d’histoire de la gauche radicale
  • Barthélémy Schwartz, Benjamin Péret l’astre noir du surréalisme (bonnes
    feuilles)
  • Benjamin Péret, Pour que M. Thiers ne crève pas tout à fait / Vie de l’assassin Foch
    / On sonne
  • Eve Mairot, aquarelle
  • Alain Joubert, Le chant de la prairie
  • George Catlin, Les Indiens de la prairie
  • George Catlin, dessins, huiles
  • Charles Baudelaire, George Catlin, le cornac des sauvages
  • Reinaldo, sculpture
  • Alfredo Fernandes, Mes 12 prophéties
  • Ramon Gomez de la SERNAM, Fadaises – Devoir de vacances
  • Julien Bal, Enverssoi
  • Manuel Anceau, Lieuve
  • Cornelia Eichhorn, dessins
  • Jean-Luc Sahagian, Quand il eut passé le pont…
  • Vardhui Sahagian, dessins
  • Claude Guillon, Les petits métiers
  • Joël Gayraud, Visionnaires de Taïwan
  • Rachel Deville, La nature
  • Rachel Deville, Le grand Je
  • LL de Mars, Les éditeurs
  • Stéphane Goarnisson, Histoires en deux images
  • Yves Labbé, Pierre Leroux : la voix étroite d’un socialisme humanitaire et fraternel
  • Anne Van der Linden, dessins et huiles
PayPal Logo

9 €

Barthélémy Schwartz, Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme (Libertalia)

Pour info, aux éditions Libertalia…

bandeau-libertalia-ok

Barthélémy Schwartz
Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme
Libertalia
350 pages – 18€
ISBN : 9782918059882

Ce volume comprend une anthologie
de poèmes et un cahier iconographique en couleur

En librairie depuis le 20 octobre 2016

* * *

« Qu’est-ce que le surréalisme ? C’est la beauté de Benjamin Péret écoutant prononcer les mots de famille, de religion et de patrie. » (André Breton)

De Dada au surréalisme, Benjamin Péret (1899-1959) est l’un des principaux acteurs des mouvements d’avant-garde qui ont secoué la poésie et l’art moderne au XXe siècle. C’est aussi l’un des moins connus du public. Peu de rééditions, de très rares monographies. Le sort s’est acharné contre ce grand poète dont le rôle et l’importance ont généralement été minimisés par les historiens du surréalisme.

Son engagement dans les mouvements révolutionnaires de son temps, notamment pendant la révolution espagnole aux côtés du POUM et des anarchistes, n’est peut-être pas étranger à cette occultation. Sur sa tombe, au cimetière des Batignolles, ses amis ont fait inscrire une épitaphe qui résume sa vie de révolté permanent : « Je ne mange pas de ce pain-là. »

Cette biographie (suivie d’une petite anthologie et d’un cahier iconographiques en couleur) replace la trajectoire de Benjamin Péret dans les enjeux utopiques du surréalisme, un mouvement qui voulait à la fois « transformer le monde » (Marx) et « changer la vie » (Rimbaud).

L’auteur
Barthélémy Schwartz est né à Paris en 1963. Coanimateur de la revue de bande dessinée Dorénavant (1986-1989), du collectif Ab irato (en 1992), puis de la revue de critique sociale Oiseau-tempête (1997-2006), il a publié Le Rêveur captif (L’Apocalypse en 2012).

Mots-clés
Altérité – amitié – amour – anthropophage – automatisme – Dada – Brésil – Colère – Communisme – conte – dèche – dissidence – Espagne – exil – expérience – expulsion – groupe – guerre – hasard – héritage – humour – inculpation – indien – insolence – Internationale – invectives – marge – marginalité – marxisme – maudit – Mexique – mythe – Poésie – Politique – populaire – prison – rage – rêve – révolte – révolution – rire – scandale – sommeil – subversion – surréalisme – Trotsky – utopie

 

logo-libertalia-okwww.editionslibertalia.com/

peret-livre-1peret-livre-2peret-livre-3

Jeff Goarnisson – Le Flip de Paris

Jeff Goarnisson
couv-Flip-300px Le Flip de Paris

ISBN 978-2-911917-65-0
52 pages, 12 euros

 

PayPal Logo

12 €


Genre
 : bande dessinée – poésie

Mots clés : Autobiographie – avant-garde – bande dessinée – bohème – humour – manifeste – Paris – poésie – spleen.

L’auteur
Stéphane Goarnisson
est un poète dessinateur, ses outils sont l’image et la poésie. Il est, avec Barthélémy Schwartz (1) et Balthazar Kapplan (2) un des principaux membres de la revue avant-gardiste de bande dessinée Dorénavant (1986-1989), dont l’importance est peu à peu reconnue aujourd’hui : cf. le consistant dossier publié en 2006 dans la revue l’Eprouvette n°2 (l’Association), et copieux dossier publié en 2016 sur Du9 (entretiens, réédition intégrale des numéros de la revue, témoignages, galerie…) :
http://www.du9.org/dossier/dorenavant-une-introduction/

L’album
Avec Flip de Paris, Stéphane Goarnisson propose une nouvelle écriture de bande dessinée, il annonce ses ambitions : devenir le Baudelaire de la bande dessinée et le Kirby de la littérature ! Il y a aussi beaucoup d’ironie et de distance dans son propos. L’album se lit d’une traite, c’est superbe, c’est drôle, fin et poétique… C’est une œuvre à la fois originale et un manifeste, une autobiographie poétique et avant-gardiste.

Genre
Bande dessinée autobiographique, tendance manifeste avant-gardiste et poétique.

A noter
Après Little Nemo, le rêveur absolu de Balthazar Kaplan (2014), les éditions Ab irato poursuivent leurs incursions non anodines en bande dessinée avec une nouvelle collection d’œuvres de création inaugurée par Flip de Paris.

Le Flip de Paris est le premier titre de notre collection « Abibulles ».

Written by barthelemybs

9 juin 2016 at 12 h 46 min

Du9 – Entretien avec Stéphane Goarnisson (sur Dorénavant et Flip de Paris)

Du9 : Pour en finir avec Dorénavant, entretien de Xavier Guilbert avec Balthazar Kaplan, Yves Dymen, Stéphane Goarnisson, eve Mairot et Barthélémy Schwartz

Du9 : Pour en finir avec Dorénavant, entretien de Xavier Guilbert avec Balthazar Kaplan, Yves Dymen, Stéphane Goarnisson, eve Mairot et Barthélémy Schwartz

Entretien dans Du9 de Xavier Guilbert avec Stéphane Goarnisson, Balthazar Kaplan, Eve Mairot et Barthélémy Schwartz autour de la revue Dorénavant, et Flip de Paris :
Pour en finir avec Dorénavant » (dossier consacré à Dorénavant dans Du9)

Capture d_écran 2017-07-24 à 14.20.13couv-Flip-300px

Written by barthelemybs

18 mai 2016 at 12 h 19 min

%d blogueurs aiment cette page :