Ab irato éditions

Par un mouvement de colère

Quinzaine littéraire (1-15 octobre 2011)

Un article de la Quinzaine littéraire sur l’Ivresse des tombes :

http://laquinzaine.wordpress.com/2011/10/01/la-quinzaine-n%C2%B01046-du-1er-au-15-octobre-2011/

Ici, un résumé de l’article par Isabelle Dalbe (blog Où va écrire) :

 « Depuis la disparition de la célèbre collection des  » Poètes d’aujourd’hui  » que Pierre Seghers lança dès l’après-guerre [. . .], il manquait décidément quelque chose dans le paysage de l’édition française. [. . .] Les courageuses éditions des Vanneaux -qui officient à Montreuil-sur-Brêche-, ont pris le relais et créé la collection « Présence de la poésie », en tous points semblables à son modèle : même format, longue introduction, cahier photographique, choix de textes et poèmes, bibliographie. Parmi les premiers élus on compte déjà Jean Malrieu, Pierre Dhainaut, Gaston Puel, d’autres encore, plus Delisse et Peuchmaurd [. . .] » rappelle le poète Alain Joubert, ami d’André Breton, avant de poser la question : « De quoi la poésie est-elle le nom ? » afin de tenter d’y répondre.
Sans inventer cette formule où rôde, dans les parages, le surréalisme – : «   » la poésie est tout simplement un regard porté sur le monde, la vie, l’amour, et le merveilleux qui leur fait cortège, grâce aux vertiges de l’inconscient  »  », A. Joubert la reprenant ici, et après avoir, en préambule, successivement convoqué le Rimbaud du Harrar qui «  incarnait pleinement la poésie [. . .] », Novalis avec son regard précis sur la « notion » de poésie [. . .], puis nous avoir également clairement dit ce dont la poésie « n’est pas le nom [. . .] », nous parle de « poètes qui écrivent des poèmes [. . .] », notamment et respectivement de Guy Cabanel, Louis-François Delisse et Pierre Peuchmaurd :
              • Guy CABANEL :
« surréaliste  »naturel » découvert en 1958 par André Breton, dès son premier recueil – le mythique ‘A l’animal noir ‘ accompagné somptueusement par les dessins aigus de son ami Robert Lagarde, et qui depuis a publié une vingtaine de livres, tous plus riches d’inventions les uns que les autres [. . .]»
« Celui qui lit / son nom sur une stèle / sait qu’il est mort / fatalement / / Celui qui poursuit / son chemin solitaire / glacé parmi les pierres / froides reconnaît la voie / qui sous sa route le mena / Celui qui nage dans / l’eau d’une épée / sait qu’il est déjà / figé dans le gel / que nul soleil / ne visite ni / ne déplore / / [. . .]  » L’Ivresse des Tombes, extrait du poème  » La joie du mort  » choisi par Alain Joubert – suite à retrouver dans son article –
L’Ivresse des TombesGuy Cabanel, recueil de poésie avec des photographies modifiées de Barthélémy Schwartz (*) Ab irato Editeur, 2011
 (*) lequel contribue, entre autres, à la revue Le Bathyscaphe ( ► sur ce blog : prochain article sur cette revue ). Blog Où va écrire ? http://isabelledalbe.blogspot.fr/2011/10/alain-joubert-de-quoi-la-poesie-est.html .
Advertisements

Written by barthelemybs

18 octobre 2011 à 12 h 38 min

%d blogueurs aiment cette page :