Ab irato éditions

Par un mouvement de colère

A contretemps n°28 (janvier 2008)

NOTE DE LECTURE

À l’exception de « La peur politique » (Charles Reeve), les textes de Barthélémy Schwartz, Claude Guillon, Alfredo Fernandes et Charles Reeve retenus pour ce recueil ont originellement paru, entre 1998 et 2005, dans la revue Oiseau-tempête, et certains d’entre eux ont fait ici l’objet de commentaires, le plus souvent laudatifs. Réunis ensemble, ils ont cependant l’avantage de faire corps et d’offrir une analyse fort pertinente de « l’évolution autoritaire de l’État démocratique » au cours de la dernière décennie, évolution fondée sur « le spectacle du sécuritaire ».

« Pour les États contemporains, écrit C. Reeve, toutes les formes d’insécurité sociale – l’appauvrissement des classes exploitées, l’implosion des anciennes communautés de classe, l’intensification des conditions d’exploitation, la crise des repères sociaux – gagnent à être diluées dans l’insécurité de la terreur, dans le désarroi de l’état barbare du monde. » Il n’en demeure pas moins que la peur peut reculer – et changer même de camp – quand la question sociale réinvestit la scène. Ce fut le cas à l’hiver 1995 et au printemps 2006 quand l’irruption des « classes dangereuses » renvoya, pour un temps mais avec force, le « syndrome Godzilla » au magasin des accessoires.

Lire l’article sur le site d’A contretemps

Written by barthelemybs

22 août 2007 à 14 h 06 min

%d blogueurs aiment cette page :