Ab irato éditions

Par un mouvement de colère

Chroniques rebelles (mai 2007)

leave a comment »

Un couteau entre les dents d’Antonio José Forte

« D’autres avant nous ont tenté le même effort : dent pour dent : non ne jamais regarder de biais et garder la tête écarlate, vomissure au poing pour chaque nuit volée ; pas même une minute pour la gloire de la peau. Éveil décalé : œil pour œil : tenir la famille en respect, l’espérance à bonne distance de toutes les faims et garder la corne de chaque jour plantée dans les intestins. À dix-huit ans comme à vingt-huit, la vie mise à l’épreuve de la rage et de l’amour, les yeux mis à l’épreuve du dégoût. » Antonio José Forte, Un Couteau entre les dents .

Une poésie violente dans les textes et, dans la présentation, « un portrait aux contours assez précis et aux couleurs vives ; […] image où l’homme fut solidaire de son œuvre autant que l’œuvre de l’homme. »

Que savons-nous du surréalisme portugais ? «  Ce qu’il y a de plus surréaliste dans le surréalisme portugais, c’est qu’en fin de compte, il n’a jamais existé. » Une boutade d’Alexandre O’Neill ? En tout cas, cette nouvelle publication d’Ab irato nous en fait découvrir une facette, en bilingue. Des textes forts où « l’esthétique et l’éthique s’équilibrent dans la revendication sans cesse réitérée de la totalité, exigence majeure du surréalisme. » Ce qui nous ramène à la question de la subversion de la poésie, de la métaphore et de la remise en question des systèmes dans un pays qui était alors sous dictature.

La révolution et la subversion du surréalisme des origines. Car «  l’utopie peut aussi s’écrire révolution », même si l’œuvre d’Antonio José Forte « n’est pas réductible au seul contexte historique, social et politique ». Un couteau entre les dents d’Antonio José Forte, traduction et présentations d’Alfredo Fernandes et de Guy Girard : la poésie farouche et immédiate d’un visionnaire autonome.

« L’action poétique implique : envers l’amour une attitude passionnée, envers l’amitié une attitude intransigeante, envers la Révolution une attitude pessimiste, envers la société une attitude menaçante. […] Les prophètes, les réformistes, les réactionnaires, les progressistes écarquilleront les yeux et aussitôt ils les fermeront de honte. Ils les fermeront comme, en fin de compte, ils font d’habitude en se plongeant dans leurs prophéties. » Ce texte est lancé comme un manifeste.

Lire l’article sur la page de « Chroniques rebelles »

Publicités

Written by barthelemybs

22 juillet 2007 à 13 h 33 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :